Facétieux lâcher de ballons

Attachée à l'idée d'une architecture qui serait sensuelle, Elizabeth de Portzamparc a su s'approprier la commande des gares du Grand Paris. Pour Le Bourget, elle joue de la lumière en créant un patio souterrain entouré de surface vitrées. Inspirée par les cours anglaises, l'architecte a pris le parti de la végétation et celui du bois. Le matériau omniprésent devrait ainsi de ses courbes adoucir les volumes et réduire les sons.

Le but est que nous oublions un peu ce parcours purement technique, cette course des obligations quotidiennes.
Elizabeth de Portzamparc, lors d'un entretien à retrouver : ICI


Matériaux : fibre de verre et laquage argenté à effet miroir

Dimensions : 90 ballons au total sur 4 niveaux de la gare, du RDC aux quai

Pour la gare du Bourget RER, Jeppe Hein a pensé une installation composée de ballons suspendus miroitant qui s'étend à l'intérieur et au-dehors de la gare. Avec cette œuvre, l'artiste cherche à capter l'attention des passants et susciter leur curiosité et amusement. Par cette légère distraction, le voyageur s'extrait un instant de ses pensées pour prendre conscience de l'environnement qui l'entoure. En reflétant la foule marchant à la hâte, les ballons invitent également les passants à prendre conscience avec humour de l'empressement qui anime la gare. Les ballons opèrent comme une brève récréation, une halte introspective qui donne le sourire.