Une spirale astronomique

Creusée à 48 mètres sous terre, la gare Villejuif-Institut Gustave Roussy est l’une des plus profondes du Grand Paris. Une particularité qui n’a évidemment pas échappée à son architecte Dominique Perrault, s’employant à concevoir « un connecteur du monde du dessous au monde du dessus. ». Plus qu’une gare ou qu’une architecture, c’est autour de cette idée de passage, que l’artiste Ivan Navarro a conçu son projet empreint d’astronomie. Ce ciel étoilé, composés de néons et de miroirs donnera l’illusion de profondeur infinie. 312 caissons lumineux, chacun tamponné du nom d’un astre, occuperont les plafonds circulaires des niveaux souterrains, formant alors deux cadrans solaires futuristes. L’œuvre, La gare dressera un pont entre deux réalités, celle du dessous et du dessus, celle du souterrain et du ciel, du jour et de la nuit.


Titre de l'oeuvre : Exodo

Matériaux : caissons aluminium, miroirs, miroirs sans tain et néons

Dimensions : 312 caissons trapézoïdaux de 2,7 m de long, 35,5 cm et 46,3 cm de large et 30 cm de hauteur