Une mise en abyme aquatique

C’est sous le prisme de l’histoire industrielle que l’architecte Denis Valode a dessiné la structure biomorphique du bâtiment, faisant évoluer de façon ascendante d’épaisses parois en béton en de fines voiles perforées en dentelle.

On a dessiné une structure qui part du fond de la gare et qui s'élève, et deviendra les passerelles et les toitures qui protégeront les gens.
Denis Valode, lors d'un entretien à retrouver : ICI

Connu pour ses créations de tableaux chimiques et vivants, l’artiste Hicham Berrada s’est glissé dans les souterrains pour mettre en abîme l’architecture de la gare. Éclairées en clair-obscur et plongées dans cinq aquariums, des maquettes en bronze du bâtiment subiront un processus accéléré de vieillissement. « Si le bronze est souvent pensé comme un symbole de pérennité, il est, comme toute matière, en perpétuel mouvement. Dans l’aquarium, sous l’effet de l’électrolyse, l’érosion du bronze sera visible, même s’il faudra plusieurs centaines d’années pour le détruire complètement. » précise l’artiste. Un geste incitant les usagers de la gare, souvent pressés, à « se projeter dans un futur lointain ou imaginaire » et à ralentir pour contempler les effets du temps sur la matière.


Matériaux : aquarium (acrylique, eau) et maquette de la gare en bronze

Dimensions indicatives : 3 m de hauteur, 4 m de large, 50 cm de profondeur