Un paysage mental

"Un jardin de contemplation au cœur de la ville », c’est ainsi que le duo Berger & Berger qualifie son dispositif en quinconce, alambiqué et débridé, conçu pour occuper les patios de la gare. Végétaux aux couleurs pimpantes, mottes, pousses, sculptures en céramique, roches sismiques, objets surréalistes inspirés de Max Ernst ou Henry Moore, tapis végétaux ou encore minéraux en tout genre composeront un paysage hétéroclite, jouant sur les échelles et les aspects insoupçonnés des matières, jusqu’à brouiller la distinction entre ce qui relève de la nature ou de l’artificiel.

Composée de serres à ciel ouvert, la gare pensée par Aldric Beckmann sera toute de verre. « Le voyageur sera en permanence en lien avec l’extérieur et appréhendera le ciel, la météo, l’heure, la saison, les éléments naturels. » explique-t-il.

La gare d’Aulnay ? Une enclave paisible, naturelle et incongrue dans un environnement urbain en pleine transformation.


Titre : Les jardins de la sensibilité aux conditions initiales

Matériaux : pierre, béton, céramique, végétaux, matériaux divers.

Dimensions : sculptures variées jusqu’à 3,5 m de hauteur - 830 m² au total d’intervention artistique dans la gare et ses quatre patios