Un soleil sans coucher


À l'intersection de trois villes, la gare de Bry-Villiers-Champigny a quelque chose d'éminemment symbolique puisqu'elle mène à la ville de Louis Daguerre, pionnier de la photographie. Bry-sur-Marne accueille aujourd'hui les archives de l'INA - Institut National de l'Audiovisuel. Consciente de ce patrimoine exceptionnel et dans un dialogue complice avec l'architecte Thomas Richez, Alexia Fabre a choisi de travailler avec Ange Leccia - artiste de la lumière et pionnier de la vidéo en France.

La gare a une grande façade extérieure plein sud. C'est un élément très fort de cette gare, on va avoir un grand volume, 15 mètres de haut, complètement vitré au sud, ce qui est l'inverse d'une ambiance de métro standard.
Thomas Richez, lors d'un entretien à retrouver : ICI

Prenant en compte le passage et le temps court d'attention des voyageurs qui monteront et descendront les escaliers de la gare, Alexia Fabre a encouragé Ange Leccia a travailler sur la perception, et à déplacer le regard que l'on porte sur la vidéo. Sur un monumental écran de 36 mètres de long et de 4 mètres de large, l'artiste a imaginé une oeuvre unique et évolutive où se succèderaient sans fin des levers de soleil.

L'œuvre d'Ange Leccia envisage le passage du temps avec optimisme. En proposant sur ce format panoramique de voir des levers de soleil enregistrés dans différentes parties du monde, l'artiste insuffle une dynamique au trajet quotidien. Régulièrement alimentée par l'artiste et dans un ordre aléatoire, cette boucle accompagnera les cheminements quotidiens de manière bienveillante, à toutes heures du jours et de la nuit. Il s'agit d'éviter l'usure du regard et de nous amener à une autre appréciation de la lumière.
Alexia Fabre


Matériaux : dalles LED

Dimensions : écran de 40m de long, 5,5m de large