Magali Pobel et Pierre-Johann Suc sont des chorégraphes qui explorent les mécanismes de la performance et du mouvement du corps humain dans et à travers les espaces dédiés ou non à la représentation.

Installés en France dans le département des Landes depuis 1998, Pierre-Johann SUC et Magali POBEL formés au Centre National de Danse Contemporaine d'ANGERS , imaginent leurs premières pièces en 2000.

Touche-à-tout insatiables, ils se placent rarement à l'endroit où on les attend. La question est ainsi toute posée : Androphyne est elle encore aujourd’hui une « compagnie de danse » ?

On peut dès à présent et sans prendre trop de risque répondre que non, Androphyne n’est plus seulement une « compagnie de danse » . La chose se complique néanmoins lorsque l’on avance l’évidence qui suit : Pierre-Johann Suc et Magali Pobel voient, fabriquent, et n’appréhendent leur réalité qu’avec les yeux de « gens de la danse ». Alors qu’en est-il ? Sont-ils des plasticiens dont le médium serait le corps dansant ? Des chorégraphes qui auraient investi le champ de la performance et des arts visuels ? ou simplement des auteurs pluridisciplinaires ?

Le mot est lancé : pluridisciplinarité.

Magali Pobel et Pierre-Johann Suc font partie de l'équipe d'artistes complices du projet "Déviations Volontaires" de Jan Vormann, dans le cadre des Chantiers partagés à Créteil l'Echat, d'avril à juillet 2019.